Bien communiquer grâce à l’écoute active.

Selon Carl Rogers « Savoir écouter l’autre nous permet de reconnaître les mille visages de la réalité ». Dans certaines situations, nous avons parfois dû nous sentir très ennuyés parce que notre interlocuteur n’arrêtait pas de nous interrompre, alors que nous essayions de terminer un discours… Ou nous n’avions pas l’impression de l’avoir écouté et son regard était distrait et absent. Parler à quelqu’un qui ne fait pas attention à nous peut être très irritant et c’est un grand obstacle à la communication. En fait, la capacité d’écoute nous permet de créer des relations équilibrées et satisfaisantes même si on ne l’entend généralement pas de cette oreille.

Qu’est-ce que l’écoute active ?

L’écoute empathique active est un mode de communication qui remonte à l’approche thérapeutique de Carl Rogers, un psychologue américain, connu dans le monde entier pour ses études sur la psychothérapie dans le courant humaniste de la psychologie.

L’écoute active demeure une compétence de communication très importante en améliorant l’efficacité et l’efficience de la communication d’environ 60%. Celle-ci est basée sur l’empathie et l’acceptation positive inconditionnelle de l’autre. Ainsi, par l’écoute active, nous pouvons créer des relations positives, caractérisées par une atmosphère détendue, dans laquelle notre interlocuteur peut se sentir compris avec empathie et non jugé.

Les divers types d’écoute

  • L’écoute sélective

Celui qui écoute de manière sélective, ne prête attention qu’à certaines parties du discours, car sa pensée tend immédiatement à formuler des jugements. Il anticipe ce que l’autre va dire et l’interrompt souvent, ne laissant pas le discours se conclure, et c’est un peu comme « entendre ce que vous voulez entendre ».

  • Écoute passive

Qui écoute passivement échappe à la communication. On peut dire qu’il n’entend que les mots, mais pas le contenu… Un vieux dicton fait l’idée : « d’une oreille vient l’autre », mais ce type d’écoute mais la puce à l’oreille de l’interlocuteur que l’auditeur n’est pas attentif à la conversation.

  • Écoute active

L’auditeur actif est attentif à la communication et essaie de saisir le contenu émotionnel de ce que dit l’autre. Ils sont empathiques et ne jugent pas. Par ailleurs, l’auditeur clarifie toujours pour mieux comprendre et cherche à s’accorder.

De ce qui a été dit, nous comprenons que l’écoute active est très importante, pour comprendre ce que notre interlocuteur veut vraiment communiquer.

Comment créer une bonne écoute active ?

L’écoute active est un procédé réalisable en suivant quelques conseils, mais pour définitivement intégrer ce type d’écoute dans notre quotidien, il est essentiel que :

  • Nous évitons de porter des jugements de valeur sur ce que dit notre interlocuteur et nous essayons de gérer le besoin constant de cadrer dans des catégories ou des préjugés prédéfinis.
  • Nous écoutons et écoutons, en essayant de comprendre l’humeur de notre interlocuteur.
  • Mettons-nous à la place de l’autre et assumons son point de vue et de cette façon, l’empathie augmentera.
  • Soyons sûrs d’avoir compris ce qu’il nous dit, tant en termes de contenu que d’émotions.
  • Nous pouvons utiliser des questions pour vérifier notre compréhension… Nous essayons toujours de poser des questions ouvertes, qui aident l’autre personne à s’exposer et nous permettent de mieux comprendre.
  • Il est très important de mettre l’autre personne à l’aise autant que possible.
  • Nous pouvons parler d’écoute active, au vrai sens du terme, non seulement lorsque nous sommes en mesure de suspendre un jugement, mais aussi lorsque nous sommes en mesure de nous abstenir de donner des conseils ou de vouloir remplacer l’autre pour résoudre un problème.

Contourner les barrières communicationnelles avec l’écoute active

Si nous sommes capables d’appliquer la véritable écoute active, nous pourrons également éviter certaines barrières communicationnelles qui constituent des messages de rejet et entravent la communication. L’écoute active est un outil très utile dans la communication et le bon auditeur pourra obtenir de meilleurs résultats dans les sphères professionnelle et personnelle.

Savoir écouter est un art que peu de gens pratiquent, car nous sommes habitués à filtrer les mots de l’autre selon des mécanismes très personnels, qui nous éloignent de la véritable compréhension. C’est pourquoi nous n’écoutons pas assez en faisant comme si chaque de l’interlocuteur tombait dans l’oreille d’un sourd. Au contraire, l’auditeur efficace est capable de se concentrer sur son interlocuteur et peut prêter attention non seulement aux mots mais aussi au langage non verbal comme les mouvements des yeux et les gestes. Il est capable d’encourager et de soutenir, par des signes continus d’assentiment… Tout comme il approfondit et clarifie constamment, pour mieux comprendre ce que rapporte l’interlocuteur. Il évite d’interrompre le discours et se sent sur la même longueur d’onde.

La capacité d’écoute reste un outil de communication puissant qui nous permet de nous mettre au diapason des autres et d’améliorer considérablement nos relations. Il nous permet de garder l’esprit ouvert et de créer de l’empathie. Un bon auditeur a plus de chances de réussir dans la vie, exprime son intérêt pour les autres et attire davantage les autres vers lui.