Comment bien négocier une augmentation de salaire ?

Les augmentations de salaire sont nécessaires pour bien gagner et progresser professionnellement. Cela permet également de compenser l’inflation. Ceux qui n’osent pas demander l’entretien salarial renoncent à la possibilité de bénéficier d’avantages supplémentaires ou de gagner un euro de plus. La connaissance des astuces et des règles nécessaires dans les négociations salariales est une condition préalable à la réussite. Nous avons rassemblé quelques conseils pour négocier le salaire ou l’étendue d’un avantage supplémentaire au moment opportun.

Bonne préparation pour les négociations salariales

Chaque employé qui veut parler de son salaire à son supérieur devrait être bien préparé pour l’entretien. Les demandes et les souhaits doivent être justifiés dans la négociation salariale par des arguments et des services rendus. Le simple souhait d’avoir plus d’argent ne suffira pas au patron.

L’employeur doit reconnaître que l’employé présente un grand avantage pour l’entreprise.

Une touche de psychologie est efficace en négociation

Une rhétorique habile est également requise pour bien négocier les salaires. Par exemple, il peut être utile de parler d’un ajustement plutôt que d’une augmentation du montant du salaire. Cela peut en fait avoir un effet psychologique sur le superviseur. Il est suggéré que le salaire actuel ne correspond pas aux compétences et aux connaissances de l’employé. Un ajustement du salaire brut en fonction des performances peut en être la conclusion logique.

Quand une augmentation de salaire est demandée ?

Si un entretien annuel ou semestriel d’évaluation est pratiqué, il peut être utilisé pour une demande d’ajustement de rémunération. Dans ce cas, le propre engagement de l’employé expire.

Si l’entreprise ne propose pas d’évaluations régulières des salariés, l’employé peut demander la révision de sa rémunération. Il convient de noter que ces entretiens de négociation ne se tiennent pas chaque année. Toute personne n’ayant pas connu d’ajustement de salaire depuis deux ou trois ans doit donc demander à son employeur un entretien approprié. Tous les salariés ont le droit de faire cette demande. Un moment défavorable pour demander ce précieux rendez-vous est lorsque l’entreprise connaît des revers ou traverse une santé financière difficile. Cela affecte l’esprit du patron et se reflète dans ses décisions. Une réponse positive au désir d’une revalorisation de salaire est peu probable.

Les salariés souhaitant obtenir ce rendez-vous doivent tenir compte de l’humeur du manager pour choisir le bon moment. Le travail du salarié est-il accompli de façon efficiente? Un projet récent a-t-il été mené à bien et a-t-il connu un grand succès ? Le patron est-il de meilleure humeur l’après-midi que le matin ? Même le temps peut inconsciemment influencer le résultat de l’entrevue. Attendre le bon moment et prêter attention aux petits détails vaut son pesant d’or à l’approche d’un entretien salarial.

Le moment idéal pour négocier un salaire:

At-salary negotiation -self-sawareness ne suffit pas pour un déroulement positif du face à face. Une apparence de confiance en soi de l’employé est tout aussi importante. Les efforts ne seront fructueux que si l’employé est convaincu de son niveau, de son expérience et de ses préoccupations. La timidité et l’incertitude ne sont pas de mise. N’agissez pas comme un pétitionnaire en posant des questions sur le budget existant ou en exprimant votre malaise par rapport à une demande de salaire. Un tel comportement renforce la position de pouvoir de la contrepartie et augmente la probabilité de refus d’une augmentation de salaire.

En revanche, avec une apparence de confiance en soi, les salariés soulignent les arguments qu’ils ont avancés. Le superviseur est plus rapidement convaincu de la nécessité d’une hausse de salaire.

Tips dans les négociations salariales :

Sachez qu’il est secondaire de savoir si la relation personnelle entre le patron et l’employé est positive. Les subtilités ne sont pas au premier plan, mais l’énoncé clair de la demande souhaitée.

Un « bon fil » au patron peut néanmoins avoir un effet positif. Il peut également être utile de mentionner le facteur de bien-être dans l’entreprise et la motivation concernant le poste et les futures tâches. Vous devez éviter les comparaisons avec les salaires des collègues, car de tels arguments peuvent être rapidement rejetés. L’employé doit se concentrer sur ses propres forces et ses propres compétences.

Restez cool pendant les négociations salariales

La priorité dans ce type de face à face est de rester calme. Les employés doivent savoir que le patron a calculé à l’avance le montant de l’augmentation de salaire potentielle hors-prime.

Après l’entretien, il décidera si l’employé se satisfait de moins. Un interviewer nerveux aura moins de chances de réussir qu’un homologue calme et confiant. En particulier à la fin des entrevues, il est important de « ralentir » le rythme et de laisser la conversation se terminer calmement.

Quel niveau d’augmentation est approprié pour un nouveau salaire ?

Pour maîtriser la marche sur la corde raide entre une augmentation de salaire impertinente et une trop faible augmentation, l’étendue de l’ajustement salarial doit être claire au préalable. Un conseil important : la première offre doit venir de l’employé. Qui a un numéro du patron sur la table, il sera difficile de corriger cela dans la hauteur.

Le premier montant mentionné doit être en conséquence dans une mesure appropriée sur la conception réelle. Si la revalorisation de salaire souhaitée est corrigée à la baisse, dans ce cas l’employé n’a pas à sacrifier ses performances.

Si toutes les conditions sont remplies durant le service effectué, une revalorisation de salaire de 3 à 5 pour cent est courante. Dans certains cas, les employés qui réussissent particulièrement bien peuvent obtenir 10 % du montant déjà acquis. Si un salarié veut plus d’euros, il doit se renseigner sur les salaires réalistes dans son secteur d’activité et son groupe professionnel. Les tableaux sont disponibles sur Internet ou dans les magazines. Il est également favorable d’obtenir des conseils experts avant de se lancer dans cette étape.

Possibilités en cas d’augmentation de salaire : argent ou avantages en nature

Si le patron n’est en aucune façon persuadé de donner une augmentation de salaire, ce n’est pas une raison pour démissionner. L’employé peut proposer d’autres avantages supplémentaires au lieu d’un salaire plus élevé. Les prestations de l’employeur exonérées d’impôt ou fiscalement privilégiées peuvent être :

ces prestations présentent l’avantage que le salarié peut utiliser leur pleine valeur. En revanche, les impôts et les assurances doivent être déduits du montant pour une augmentation de salaire.

Résultat attendus

Une décision dans le cadre des négociations salariales devrait idéalement être basée sur des arguments et des faits objectifs et mutuellement compréhensibles. Il est important que les employeurs et les employés quittent les entrevues avec un sentiment positif. La négociation ne devrait jamais avoir lieu sous la pression du temps. Si le patron dit qu’il doit partir d’urgence dans 15 minutes, il est alors logique de suggérer que la réunion soit ajournée. À la fin d’un entretien, si possible, les deux parties doivent avoir le sentiment que tout ce qui est pertinent a été abordé. Les non-dits ne font que causer des nuits blanches et du mécontentement.

Pour pouvoir mieux comprendre le déroulement et le résultat de ce précieux rendez-vous plus tard, il est utile de garder un protocole court. L’employé peut alors se référer aux déclarations faites par son manager ou utiliser les points clés pour des discussions ultérieures.

Conseil : Ne faites pas toute une histoire de votre succès durant un échange positif. Il y a un risque que vous semiez la discorde entre les employés et que vous causiez des questions au supérieur. À l’avenir, votre supérieur envisagera de distribuer les augmentations de salaire de manière frivole.

Avantages des qualifications supplémentaires lors de ces entrevues

Les qualifications supplémentaires sont un avantage neutre que tout le monde peut acquérir pour l’utiliser comme argument de qualité. L’apprentissage d’une langue ou la participation à des séminaires sont de bons arguments pour justifier une adaptation des salaires. Il importe peu que les qualifications supplémentaires aient été acquises dans le cadre de l’emploi ou également à titre privé.

Conseils pour les qualifications supplémentaires en un coup d’œil :

L’engagement dans le social de l’entreprise et la présence à des activités extra-professionnelles sont évalués positivement par de nombreuses entreprises. Toute personne qui n’assiste jamais aux anniversaires, aux repas communs ou aux pauses déjeuner est perçue comme mal intégrée, ce que le manager entend et voit également.