La culture du coaching : qu’est-ce que c’est, pourquoi et comment postuler ?

Vous ne savez toujours pas comment fonctionne la culture du coaching et quels avantages elle génère pour l’entreprise ?

Il est temps d’en savoir plus, car cela peut faire une grande différence dans la façon dont les employés se développent et dans les services de la société.

La capacité de l’accompagnement implique une mentalité par laquelle les personnes au sein de la fondation cherchent continuellement à développer des compétences afin d’augmenter la productivité et de croître avec l’entreprise.

Mais il n’est pas toujours facile de mettre en œuvre cet état d’esprit.

La première chose à retenir est que le succès de cette transformation dépend, dans une large mesure, du leadership lui-même, qui doit porter le savoir du coaching à tous les niveaux de l’entreprise.

Étiez-vous curieux ?

Pour une lecture plus facile, parcourez les sujets suivants :

Lisez ce qui suit pour profiter au maximum de tous les avantages de cette méthodologie.

Qu’est-ce que la culture du coaching ?

Le savoir d’encadrement est un outil de croissance, de dépassement des défis et d’augmentation du potentiel humain dans une entreprise.

Dans How to create a coaching culture (Kogan Page Publishers, 2014), Gillian Jones et Ro Gorell affirment que la capacité du coaching est celle où les gens sont responsabilisés et où le coaching se fait à tous les niveaux.

« Et cela se produit non seulement à tous les niveaux, mais aussi augmente l’efficacité finale », soulignent les auteurs.

En d’autres termes, ce type intègre le coaching comme un élément vital qui fait bouger la structuration et les personnes qui en font partie.

Elle est axée sur le développement des compétences, le dépassement des obstacles et la croissance continue.

Dans Making coaching work (CIPD Publishing, 2005), David Clutterbuck et David Megginson la définissent comme une expérience où le coaching est le style prédominant du management et d’activité en commun et où l’engagement à développer l’institution est ancré dans un engagement parallèle à la croissance des personnes dans l’entreprise.

En d’autres termes : il ne suffit pas que l’entreprise propose la méthodologie de soutien à ses employés.

Elle doit aussi s’engager réellement dans leur croissance, car la Elle doit imprégner toute l’entreprise.

Dans la pratique, non seulement les employés en bénéficient, mais l’institution elle-même augmente ses services et ses atouts et acquiert un avantage concurrentiel sur le marché.

Coacher la culture des leaders

Elle doit également être présente dans l’esprit des dirigeants.

Après tout, ils sont chargés de motiver, de dynamiser et de servir de référence aux employés, n’est-ce pas ?

Il faut donc développer la notion d’encadrement.

Cela lui permet de se concentrer sur le développement de l’aptitudes en matière de direction, sur les moyens d’inspirer les gens et de communiquer efficacement avec le groupe.

C’est aussi la mentalité du meneur qui a un impact direct sur le savoir de l’entreprise dans son ensemble.

Dans les entreprises, Elle doit fonctionner à tous les niveaux, comme vous venez de le voir.

Elle commence avec la mentalité du chef, mais doit être adoptée par tous les membres du groupe pour être efficace.

Les avantages, comme vous le verrez ci-dessous, comprennent une augmentation de la productivité, des scores et de la motivation dans l’entreprise.

Qu’est-ce que la culture organisationnelle ?

Avant d’approfondir la capacité d’encadrement, que diriez-vous de comprendre son concept ?

Elle est la somme des valeurs et des rituels qui servent de « colle » pour intégrer les membres de l’entreprise », explique le directeur Torben Rick dans un article pour son site web.

Dans le livre Gestion du changement et capacité organisationnelle (FGV, 2016), Sílvio Johann, Alexandre de Oliveira, Mara Beckert et Vera Moreira expliquent que la civilisation organisationnelle offre des modèles mentaux partagés qui amènent les gens à adopter certains comportements dans une entreprise.

« La culture est considérée comme un ensemble de valeurs, de croyances, de coutumes, de normes partagées par un groupe de personnes – ou par les personnes qui composent une organisation   – qui présentent une identité commune et une façon standard de penser, de sentir et d’agir », affirment les auteurs.

Cela signifie qu’elle définit l’identité de l’entreprise et la mentalité à travers laquelle elle fonctionne.

C’est précisément pour cette raison qu’il a un impact direct sur les résultats de l’entreprise, le climat et les relations humaines entre les clients dans l’environnement du métier.

« Votre notion organisationnelle se répercutera dans tous les aspects de votre entreprise, car elle représente la façon dont vous faites des affaires », déclare Corey Moseley, expert en marketing de contenu, dans un article pour le blog de la plate-forme Jostle.

L’importance de la culture du coaching dans les organisations

Elle est importante à tous les niveaux de la structuration : pour les dirigeants, pour les employés et pour les effets commerciaux.

Pour les salariés, il est fondamental de favoriser leur développement personnel et professionnel et de leur faire sentir qu’ils sont reconnus au sein de l’entreprise.

Dans Creating a coaching for managers in your organisation (Routledge, 2013), Dawn Forman, Mary Joyce et Gladeana McMahon affirment que la culture du coaching joue un rôle essentiel dans la création d’un environnement dans lequel les employés sont engagés, engagés et soutenus pendant une initiative de transformation.

Dans la capacité du coaching, cela devient encore plus puissant.

Selon Tracy Cocivera, maître coach chez Lee Hecht Harrison Knightsbridge, dans un article pour le magazine Forbes, le savoir faire d’encadrement est liée à l’engagement des employés et à une meilleure réalisation financière.

« Parce que la présence de l’accompagnement et l’acceptation du fait que nous avons tous besoin d’un coup de main de temps en temps, permet de construire des équipes plus fortes, et ces derniers permettent de construire des conceptions plus fortes, des employés plus loyaux et une plus grande confiance entre les équipes », dit-il.

Pour les leaders, cette notion permet de mieux diriger le groupe, de promouvoir la synergie, de motiver et d’engager les employés dans des objectifs organisationnels.

Elle permet également au dirigeant d’offrir un soutien à ses subordonnés et de les mettre au défi de façon continue.

Concrètement, tout cela se traduit par des avantages pour l’entreprise.

« En investissant dans une notion d’encadrement, nous examinons des facteurs qui sont plus étroitement liés, par exemple, à la capacité de l’institution à être compétitive, à mettre en œuvre des stratégies et à réagir aux changements externes », expliquent David Clutterbuck et David Megginson, dans le livre précité « Making coaching work ».

Comment changer la culture des entreprises ?

Changer le savoir-faire d’une société est une tâche difficile.

Pour cela, le responsable a un rôle fondamental, car c’est lui qui doit conduire les gens à la transformation.

Dans le livre Changez la notion de votre établissement et gagnez la partie ! (Elsevier Brazil, 2011), Roger Connors et Tom Smith affirment que vous ne devez pas déléguer l’initiative à d’autres secteurs, comme les ressources humaines ou le développement organisationnel, par exemple.

« Les hauts managers doivent garder le contrôle de la procédure et diriger la transformation à tous les niveaux de l’institution, en veillant à ce que les efforts de changement soient priorisés dans l’intérêt de chaque membre de direction », reflètent-ils.

Pour Ken Blanchard, dans son livre High Level Leadership (Bookman, 2009), il est également nécessaire d’adopter une stratégie à multiples facettes, en favorisant plusieurs interventions simultanées.

« Les dirigeants des organisations doivent s’engager dans l’ensemble du mécanisme, et ne pas être lâches face aux obstacles qui peuvent surgir en cours de route », souligne l’auteur.

Mais pour que cela puisse conduire à un changement de notion, il doit développer des compétences à partir du coaching lui-même.

« Le soutien d’un coach qui sait exactement comment opérer aux niveaux micro, moyen et macro (en particulier un professionnel qui a beaucoup d’expérience en matière de transformation organisationnels) peut contribuer de façon spectaculaire au succès des efforts de transition et de changement culturel », explique M. Blanchard.

Selon Connors et Smith, ce développement des expériences se fait en temps réel, en même temps que la mise en œuvre du processus de transition.

Ensuite, sachez quelles actions vous, en tant que manager, devez entreprendre pour orienter la connaissance vers le coaching.

Comment mettre en œuvre la culture du coaching dans les entreprises en 7 étapes

Vous voulez mettre en place le système du coaching, mais vous ne savez pas comment ? Consultez les sept étapes essentielles.

  • Connaissez votre objectif

La première étape consiste à savoir pourquoi il faut créer une notion de formation, car cela permet d’orienter plus facilement les efforts pour la rendre efficace dans l’entreprise.

Pourquoi la mettre en œuvre ?

Pour réduire le chiffre d’affaires ?

Augmenter les capacités ?

Développer le capital humain ?

« Tout d’abord, il faut définir le but et l’objectif de la notion d’encadrement, et s’assurer qu’ils correspondent aux buts et aux valeurs de l’organisation », souligne Ken Blanchard.

  • Prêcher par l’exemple

Il est fondamental de comprendre que la culture du coaching commence avec le leadership.

Dans les articles du conseil des entraîneurs du magazine Forbes, Elle Ingalls conseille à la personne à la tête de se trouver lui-même un entraîneur.

« Trouvez quelqu’un qui fournit exactement ce que vous voulez pour votre groupe. Si vous obtenez les situations souhaitées, partagez vos expériences avec l’équipe », dit-il.

  • Poser plus de questions que de réponses

Dans le même article, Tanya Ezekiel déclare que le manager doit démontrer aux employés la valeur de ses suggestions.

L’astuce consiste à demander aux employés ce qui, selon eux, va fonctionner pour eux et comment ils sont arrivés à une certaine conclusion, plutôt que de leur donner des ordres.

« Avec le temps, vous constaterez que les gens commenceront à proposer des solutions plutôt que des problèmes, et encourageront les groupes à faire de même », recommande-t-il.

  • Mettre en pratique

Pour établir un savoir-faire d’encadrement, il est recommandé d’appliquer le discours de coaching dans la pratique, sans se limiter à la parole.

Toujours dans l’article de Forbes, Laura DeCarlo souligne la nécessité de créer un environnement de travail énergique et interdépendant.

Pour ce faire, son conseil est de mettre en pratique des formations, des feedbacks réguliers et des programmes d’évaluation, en valorisant les différentes voix, en donnant des opportunités de direction et en offrant des programmes d’orientation aux employés.

  • Consacrer du temps et de l’énergie aux gens

Dans un article pour le site web BusinessTown, Tom Lavery, PDG de la startup Jiminny, indique que le dirigeant doit guider les gens pour qu’ils deviennent plus efficaces.

« Si vous êtes dans un endroit où il y a plus de cinq ou dix personnes dans votre société, vous devez consacrer votre temps à les améliorer », souligne l’auteur.

  • Investir dans la communication interne

Pendant la mise en œuvre de l’acquis, rechercher une communication interne efficace pour aider à diffuser le coaching à tous les niveaux et dans toutes les membres.

Tous les employés et dirigeants doivent comprendre le savoir faire, la proposition qu’elle apporte à l’organisation et les avantages qu’elle procure.

  • Évaluer la dynamique de l’entreprise

Dans The porcupine effect : the secrets of building high-performance teams (DVS, 2014), Manfred de Vries énumère les questions que vous vous posez sur les personnes de la fondation :

Si toutes les réponses sont oui, cela signifie que votre firme est préparée à l’encadrement.

Analysez quels aspects de la mentalité de coaching sont déjà présents dans l’organisation, afin de pouvoir les améliorer et, en même temps, investir dans ceux qui ne sont pas encore pratiqués.

Comment encourager un état d’esprit de coach dans les organisations ?

Pour encourager un état d’esprit de coach dans l’organisation, vous devez comprendre votre propre rôle face au troupe.

Comme vous venez de le voir, il est nécessaire de donner l’exemple, car c’est seulement ainsi que vous pourrez motiver et inspirer les gens autour de vous.

Dans le livre Mindset : The New Psychology of Success, Carol Dweck affirme que nous devons créer un environnement avec une mentalité croissante dans lequel les gens prospèrent.

Selon l’auteur, cela implique une série d’actions, telles que les suivantes :

En mettant ces actions en pratique, vous encouragerez également l’état d’esprit du coach, qui est précisément axé sur la croissance de l’individu par l’apprentissage et le développement des habiletés.

Avantages de la culture d’encadrement

Vérifiez les cinq principaux avantages de cette mise en œuvre :

  • améliore les relations interpersonnelles

Elle permet d’établir des relations de confiance entre les personnes et de résoudre les problèmes grâce à une communication efficace.

Le travail du groupe est ainsi favorisé et les fonctionnements de la compagnie deviennent plus collaboratifs.

  • Encourage l’apprentissage

L’un des objectifs de l’encadrement est de rendre les individus de plus en plus préparés à faire face aux défis de la vie professionnelle.

La logique est qu’ils apprennent constamment, encourageant la croissance et l’émergence de solutions créatives pour faire face aux situations quotidiennes.

  • Permet un développement continu

L’accompagnement est une méthodologie pour le développement des expertises et des aptitudes de l’individu.

Si cette mentalité fait partie de la notion organisationnelle, les employés sont également soucieux de développer tout leur potentiel.

Cela se fait principalement par la connaissance de soi, qui permet de réfléchir aux forces et aux faiblesses et, par conséquent, de mettre en œuvre les évolutions nécessaires.

  • Augmente les capacités de l’entreprise

Lorsque les employés développent des connaissances, ils deviennent plus productifs et plus pertinents pour la réalisation de l’objectif de l’établissement.

Les mécanismes de la société deviennent plus agiles, et le groupe s’engage à produire des résultats.

Au fil du temps, l’avantage est l’augmentation des performances des établissements grâce aux ressources humaines qu’elles détiennent.

  • Un chiffre d’affaires réduit

Lorsque la société a une notion d’encadrement, elle investit dans la formation de ses employés, au lieu d’en embaucher de nouveaux pour remplacer les anciens.

De cette manière, les taux de rotation sont réduits, tout comme les coûts des processus de sélection et d’embauche.

Exemples d’entreprises ayant une culture du coaching

Que diriez-vous de rencontrer deux entreprises ayant un savoir faire d’encadrement pour vous inspirer ?

La multinationale d’origine suédoise, fabricant d’emballages, en est un exemple.

Dans une interview au magazine Época Negócios, Marcelo Queiroz, PDG de la société au Brésil, déclare que le savoir faire de la société doit être forte pour transmettre aux employés les valeurs sociales suédoises, telles que la bonne rémunération, l’égalité et les conditions de formation.

« Des cadres plus âgés encadrent des jeunes. C’est une façon de s’assurer que la savoir faire continue », dit-il. Electrolux

Comme le montre ce reportage du magazine Exame, le géant Electrolux figure sur la liste des lauréats du magazine Você S/A comme l’une des meilleures entreprises pour lesquelles travailler au Brésil.

Et l’un des facteurs est précisément l’évolution de carrière, considérée comme une responsabilité partagée par les dirigeants et dirigée.

À cette fin, si les dirigeants doivent rechercher de nouveaux défis, ils sont responsables de l’encadrement, du feed-back constant et du soutien aux subordonnés pour préserver l’engagement.

Conclusion

Alors, vous sentez-vous inspiré pour promouvoir la culture du coaching dans votre société?

Assurez-vous qu’il s’agit d’un moyen efficace d’améliorer les exploits des établissements, de promouvoir le développement des personnes et de créer un état d’esprit propice à la croissance de la structuration.

Pour ce faire, rappelez-le-vous pas à pas de ces articles lorsque vous mettez en œuvre le savoir-faire et encouragez la mentalité d’un mécanisme de suivi.

En gardant les étapes à l’esprit, il devient plus facile d’organiser la transformation de la notion organisationnelle.

N’oubliez pas que le chef a un rôle clé dans la conduite de progression.

Alors, pourquoi ne pas commencer ce voyage en investissant dans un cours pour vous ?

Ensuite, découvrez les formations de SBCoaching, une fondation qui est une référence mondiale dans le domaine.

Et si vous avez aimé les conseils des articles, partagez avec vos amis sur les réseaux sociaux et laissez un commentaire ci-dessous avec vos questions et opinions.