L’art de communiquer en évitant les malentendus

Les gens ont un désir naturel de se sentir émotionnellement liés aux autres. Dans cette optique, nous nous référons à ces échanges lorsque la possibilité d’interprétations multiples se présente et, par conséquent, lorsque des malentendus peuvent survenir. Ceci est la conséquence du fait que les interprétations sont nécessaires pour communiquer et qu’elles sont différentes et uniques pour chaque personne. Cela génère de la colère, des disputes et des ruptures émotionnelles. Entre ce que nous pensons, ce que nous voulons dire, ce que nous croyons dire, ce que nous disons, ce que nous voulons entendre, ce que nous ressentons, ce que nous pensons comprendre et ce que nous comprenons, il y a huit possibilités de ne pas se comprendre.

La plus grande distance entre deux personnes est un malentendu.

Parfois, les autres ne nous comprennent pas, même si nous leur expliquons mille fois les choses. Ne pas pouvoir le faire ne signifie pas être une mauvaise personne, stupide ou indifférente à la situation. Nous nous retrouvons simplement devant une autre personne, qui occupe une place différente de la nôtre. Il est naturel d’essayer d’affirmer nos sentiments, nos opinions et nos croyances, mais ces besoins émotionnels ne doivent pas être excessifs et, bien sûr, ne doivent pas entraver la compréhension et encourager des interprétations correctes. À cette fin, il est important de comprendre que dans notre compréhension, nous devons jouer avec la gestion de la fierté, des situations vitales, de la fatigue, de la méfiance, des interprétations, des sentiments et de toutes les émotions, croyances et pensées circonstancielles et stables. Armer correctement le puzzle avec toutes ces variables peut être compliqué. En fait, le plus difficile dans ce sens est de maintenir le respect et la considération de soi-même sans manquer de respect aux autres, c’est-à-dire d’être en sécurité et de conserver sa dignité, tout en essayant de se débarrasser d’une infraction.

Responsables de ce que nous disons

La force et la possibilité de colère et de malentendu sont proportionnelles au degré d’implication émotionnelle que vous avez avec les personnes impliquées dans la communication. Plus nous nous sentirons unis à ces personnes, plus la façon dont elles interpréteront nos paroles sera importante. Il est bon de dire clairement que nous ne devons pas les laisser nous faire sentir mal pour les intentions qui nous sont attribuées, mais qui ne sont pas vraies. Nous devons être particulièrement prudents à ce stade, car il y a des gens qui vivent avec le contestataire automatique et qui, sans aucune raison, font de nous des victimes de leurs tourments. Il est également possible qu’une personne soit plus sensible que d’habitude et que nos commentaires, nos paroles ou nos actions touchent sa fibre sensible, compromettant ainsi la stabilité de la communication. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte dans un échange. Il est impossible de tout contrôler, entre autres parce que nous sommes iridescents et ambivalents par définition et par nature et que, par conséquent, nos interprétations sont les plus variées. Cependant, indépendamment de ce qui se passe dans une conversation et dans une relation, nous devons être responsables de la partie qui nous touche et analyser ce que nous pouvons améliorer et ce que nous faisons ou avons fait de bien. En ce sens, nous ne pouvons pas nous permettre d’être la cible des conflits internes d’autres personnes ou de sentiments négatifs résultant de mauvaises interprétations. Si nous sommes confrontés à un comportement ou à des commentaires malveillants, nous devons mettre en route la machine et donner notre point de vue sur les faits aussi clairement que possible. De cette façon, nous transmettrons le message que nous assumons la responsabilité de ce que nous disons et que nous essaierons de faire de notre mieux, mais que les interprétations ne sont pas de notre responsabilité, mais de celle de ceux qui les formulent.

Les erreurs de communication à éviter

Comme vous pourrez le constater, communiquer efficacement en évitant les malentendus est plus facile que ce que vous pensez. Pour vous aider dans cette tâche, nous vous donnons quelques conseils grâce auxquels vous pourrez apprendre à éviter certaines erreurs de communication :

– Ne pas relire les messages écrits

Les messages écrits sont une forme simple et rapide de communication qui présente beaucoup d’avantages, car ce qui est écrit est plus facile à récupérer. Cependant, peu de personnes écrivent aussi vite qu’elles pensent ou qu’elles parlent. Cela implique un décalage qui peut résulter en un message différent de celui qu’on désire transmettre, éviter cette erreur est aussi simple que de relire le texte avant de l’envoyer, qu’il soit sur papier, par email ou par SMS.

– Annoncer des mauvaises nouvelles par email

Beaucoup de personnes se sentent gênées d’annoncer des mauvaises nouvelles et, pour éviter ce mauvais moment, elles utilisent le courrier électronique ou les applications de messagerie instantanée pour les transmettre. Toutefois, ces canaux n’adoucissent pas les messages et donnent lieu à des malentendus. De plus, on perd tout le pouvoir du langage corporel et ces canaux n’offrent pas de sortie aux émotions plus intenses. Par conséquent, quand vous devez annoncer de mauvaises nouvelles ou parler de sujets délicats, n’utilisez pas la communication écrite et allez parler en personne à la personne concernée. Le fait de parler de façon directe avec l’autre personne nous permettra d’utiliser les signaux de l’autre pour savoir si le message est clair. Éviter les conversations difficiles Les conversations difficiles ne sont pas agréables, mais quand il y a un problème qui nécessite une solution, il faut l’affronter. Éviter une conversation difficile est une manière d’empirer le problème. Les problèmes ne se règlent pas tout seuls, même si l’on pourrait penser le contraire quand on laisse les choses ainsi.

– Présupposer que le message a été compris

Lorsque vous envoyez ou communiquez un message, vous devez vous assurer que le récepteur l’a bien reçu et compris. Ceci vous aidera à être toujours plus efficace dans votre façon de communiquer avec chaque personne et à obtenir des résultats. Afin de vous assurer que votre message a été compris correctement, utilisez des questions ouvertes qui commencent par comment, pourquoi ou quoi. Ces questions stimulent la réflexion et la communication.

– Ne pas être déterminé

La détermination est la capacité à dire les choses telles qu’elles sont et telles qu’elles sont ressenties sans blesser les autres. Très souvent, pour éviter un possible conflit, nous ne communiquons pas nos besoins, ou nous sommes tellement gênés que, quand nous le faisons, nous perdons les formes. Afin d’éviter de faire cette erreur, il faut apprendre à développer l’habilité à être déterminé. Habituez-vous à dire les choses sans offenser, mais tout en défendant vos droits et vos désirs. Au final, vous allez devoir le dire d’une manière ou d’une autre. Plus vite vous le ferez, moins vous accumulerez de tension et plus ce sera facile à faire.

– Répondre par une réaction émotionnelle

En situation de tension et de frustration, il est facile de réagir émotionnellement face à un problème ou à une question, au lieu de répondre avec calme. Beaucoup de gens croient que c’est justifié, mais ce qui est sûr, c’est que ça ne l’est pas. Ces réactions émotionnelles peuvent endommager votre réputation, offenser les personnes et donner l’impression que vous manquez de self-control. Essayer de rester calme avant de répondre et d’agir. Si vous vous sentez tendu et sur le point d’exploser, fermez les yeux et comptez jusqu’à 3. Si vous répondez agressivement ou émotionnellement, vous allez compliquer la communication avec autrui.

Les erreurs classiques de communication

Quand une personne émet un message vers une autre personne, elle peut être confrontée aux illusions suivantes :

  • La généralisation qui s’allie des idées déjà préconçues. Si vous entendez les mots suivants toujours, jamais, personne, tout le monde, les gens, la société, l’administration, c’est-à-dire des expressions qui généralisent pour obtenir l’adhésion, l’astuce consiste à reprendre le mot en posant la question sur le mot généralisateur : toujours ? Jamais ? Vraiment personne ? qui oblige votre interlocuteur à préciser ses paroles et à donner un exemple précis pour expliquer le mot qu’il a employé peut-être à mauvais escient.
  • Les règles et les devoirs souvent imaginaires dues à la culture, à la personnalité, à l’éducation. La langue française est truffée de mots qui contraignent. Il s’agit d’une langue du devoir il ne faut pas, il faut, il est normal de, ça ne se fait pas, on doit. On utilise même ces mots pour exprimer des actions qui nous font plaisir et on met en scène le devoir comme principe du dialogue. Pour mieux comprendre et échanger, il convient d’utiliser la même astuce en posant des questions : pourquoi il faut ? Pourquoi doit-on ? Que se passerait-il si vous le faisiez ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? Comment savez-vous que cela ne se fait pas pour l’obliger à sortir de ses conceptions préétablies et à écarter le devoir comme baguette magique qui clôt toute discussion.
  • Les jugements que l’on porte : c’est correct ou incorrect.
  • L’interprétation : les suppositions ce que nous établissons qu’elles soient justes ou fausses. Un discours basé sur la supposition utilise l’emploi du conditionnel. Utilisez à nouveau l’astuce de la question comment ou pourquoi pour dénicher l’interprétation de votre interlocuteur.
  • Les faits imprécis : reformulez pour mieux comprendre face à une situation de blocage dans un processus de communication. Ramener le discours aux faits réels permet de fournir à votre interlocuteur l’occasion de préciser son propos.