Utilité de la supervision dans le cadre du coaching

La supervision dans le cadre du coaching peut être l’étape manquante pour tirer parti de votre carrière et réussite. Il en résulte un développement personnel et professionnel de haut niveau basé sur un retour d’expérience et des sessions ouvertes au partage. Pour mieux comprendre le fonctionnement de ce processus et ses avantages, suivez notre contenu spécial : Vous voulez savoir comment la supervision transforme les entraîneurs en meilleurs professionnels ?

Qu’est-ce que la supervision du coaching ?

C’est un processus d’apprentissage qui aide le coach à developper ses capacités d’attraction avec les clients afin de garantir le résultat obtenu. En pratique, elle fonctionne comme un espace de réflexion et de développement professionnel, dans lequel le coach peut analyser ses erreurs et ses succès pour rechercher une amélioration continue. Il devient donc un apprenti de sa propre expérience, qui fait face à son travail avec un œil critique et apporte de nouvelles perspectives à ses performances. Pour guider son évolution, le superviseur apporte un soutien émotionnel, un retour d’information constructif et un soutien à l’auto-évaluation des pratiques de coaching, tout en dotant l’entraîneur de nouveaux outils et en améliorant sa relation avec la personne coachée. A différencier du mentorat qui est utile en début de carrière pour développer les compétences primaires; le superviseur est nommé à tout moment.

Selon l’International Coach Federation, la supervision de l’entraînement est recommandée pour les entraîneurs actifs à plein temps dans le cadre du portefeuille de la formation professionnelle continue. A savoir que tous les entraineurs peuvent suivre cette formation et même les étudiants en coaching.

A quoi sert la supervision du coaching ?

Elle a pour but de  favoriser l’épanouissement professionnel du coach et à améliorer l’expérience des personnes coachées. Le superviseur a pour rôles de détecter toutes les opportunités de croissance dans les performances du coach et de corriger ses vulnérabilités, en offrant un retour d’information sincère et précis. Il en résulte une amélioration de la conscience de soi du professionnel et une approfondissement de sa méthodologie. À cette fin, la formation englobe la qualité du travail du coach, l’amélioration de ses compétences et le soutien émotionnel pour faire face aux défis de la profession. Ainsi, il offre une meilleure qualité de service et amène l’activité à un autre niveau de professionalisme. Tous les entraîneurs devraient passer ce processus car le potentiel de développement est immense. Cependant, le nombre de superviseur experimenté est faible face aux progression de la profession.

Quels sont les avantages de la supervision du coaching ?

– Capacité d’auto-évaluation

Le superviseur conduit le coach à analyser ses résultats et à évaluer son approche des clients à partir de ses propres expériences.

– Sensibilisation à l’éthique

La conscience éthique est un aspect fondamental pour la performance de l’entraîneur qui ne peut pas manquer de supervision. Il doit évoluer tout en respectant l’éthique du travail.

-Connaissance de la personne à coacher

Le coaching varie d’un individu à un autre, il n’y a pas de plan à suivre. Pour se faire, la connaissance de l’individu est indispensable pour avoir de meilleurs résultats.

– Cadre théorique

Le superviseur a également pour rôle d’aider le coach à cadrer son travail dans des théories scientifiquement fondées en fonction de ses pratiques. Pour cette raison, il est essentiel que la personne responsable du processus ait une formation solide et une expérience étendue en matière de coaching, ainsi que des compétences en matière d’orientation professionnelle.

– Intelligence émotionnelle

Le soutien émotionnel du superviseur est également essentiel pour aider le coach à faire face à l’intensité de son travail. Le coach apprend donc à maîtriser des émotions vis à vis des clients.

– Perspective de carrière

Un autre avantage est d’offrir un plan de carrière au superviseur. Le développement de la profession incite les gens à l’utiliser dans divers domaines de la vie d’où l’indispensabilité d’enrichir ses connaissances et capacités de coaching.

Quelles dimensions peuvent être choisies dans la supervision ?

Il y a essentiellement trois dimensions qui guident le processus.

– Interventions de l’entraîneur

Ici, l’accent est mis sur les pratiques d’intervention du coach pendant les sessions. A travers le rapport de cas, le superviseur est invité à analyser la méthodologie et à évaluer l’efficacité de des questions afin d’éveiller les réponses nécessaires chez la personne coachée. En outre, la perception des résultats alignés sur les attentes des clients est travaillée.

– Relation entre le coach et la personne coachée

Dans la dimension de la relation coach-coaché, les aspects éthiques et comportementaux de cette dynamique sont abordés. Les coachs intéressés par ce point doivent orienter la supervision sur la communication et le format de la session, ainsi que sur le niveau de la relation développée avec les personnes coachées.

-Dans la dimension de la personne à coacher, l’accent est mis sur le client : ses objectifs, ses attentes, ses besoins et ses sentiments. Le coach apprend à avoir une vision plus large de l’état actuel et souhaité du client, ce qui lui permet de s’affirmer davantage lors de l’élaboration de plans d’action personnalisés. Pour cela, il est nécessaire d’améliorer la capacité à comprendre le contexte et les antécédents de la personne coachée pour activer le comportement demandé.

Niveaux d’engagement des superviseurs

On compte quatre niveaux d’engagement de supervision qui s’appliquent au coaching.

Niveau 1 : l’autoréflexion

Au premier niveau de l’engagement de supervision, le coach est invité à réfléchir sur sa propre performance. Pour ce faire, le superviseur doit être capable de promouvoir le détachement nécessaire et de poser les bonnes questions pour provoquer une auto-évaluation critique et sincère. En prenant conscience de sa propre pratique, l’entraîneur fait le premier pas vers l’apprentissage tout au long de la vie.

Niveau 2 : Vision

Le coach fait le lien entre les connaissances acquises dans le cadre de l’autoréflexion et parvient à tracer une voie vers l’avenir. À ce stade, l’entraîneur est prêt à entrevoir un avenir dans sa carrière et à se fixer des objectifs plus solides.

Niveau 3 : Autonomisation

L’entraîneur quitte le poste d’observateur et commence à prendre en main sa propre carrière. C’est un moment de transition dans lequel le professionnel réalise qu’il a la responsabilité du changement de paradigme, et que lui seul peut opérer la transformation nécessaire dans sa vie. Le superviseur responsabilise le coach en lui montrant que son évolution se construira là, dans la relation avec lui-même et l’autre.

Niveau 4 : coopération

Le niveau de coopération se produit lorsque le partenariat entre le superviseur et le coach est consolidé. Tous deux contribuent à l’avancement de la méthodologie du coaching et à l’évolution de la profession dans son ensemble. Pour cette raison, l’espace de supervision du coaching est un environnement puissant pour former et renforcer la carrière dans le monde professionnel.