DALAÏ LAMA

Le dalaï-lama est reconnu par les Tibétains de confession bouddhiste comme le plus haut chef spirituel (religieux) du Tibet et une émanation du bodhisattva de la compassion.
Il est également le chef temporel (politique) du gouvernement du Tibet depuis le XVIIe siècle jusqu’à la première moitié du XXe siècle et du gouvernement tibétain en exil de 1959 à 2011.

De 1935-jusqu’à aujourd’hui : le 14e dalaï-lama est Tenzin Gyatso.

Moine bouddhiste de l’école gelugpa, il est intronisé chef temporel et spirituel des Tibétains le , un mois après le début de l’intervention de l’armée chinoise au Tibet. En 1959, il s’exile en Inde où il crée le gouvernement tibétain en exil qu’il dirige jusqu’en mars 2011, date de sa retraite politique à la faveur d’une démocratie tibétaine. Vivant actuellement à Dharamsala, il est considéré comme le plus haut chef spirituel du bouddhisme tibétain, et par la plupart des Tibétains comme une émanation de Tchènrézi, le bodhisattva de la compassion. Il plaide pour l’indépendance du Tibet jusqu’en 1973, puis pour ce qu’il appelle l’« autonomie réelle » de l’ensemble du Tibet à l’intérieur de la Chine. Selon le Comité Nobel norvégien et d’autres, il a constamment œuvré à la résolution du conflit sino-tibétain par la non-violence.

Il est souvent invité par des centres bouddhistes, des institutions ou des personnalités, et effectue de nombreux voyages à travers le monde pour enseigner le bouddhisme tibétain, et diffuser un message de paix et de non-violence.