La légitime défense

La légitime défense

Savoir se défendre ne s’improvise pas

Pour vivre et progresser, il faut, avant tout, savoir survivre. C’est pourquoi je vous conseille de vous préparer à, peut-être, un jour défendre votre vie ou celle d’un autre. Mais attention la self-defense à ces limites juridiques dans le cadre de la légitime défense.  En conséquence je vous conseille la lecture de cet extrait sur la proportionnalité des actes.

Selon Thomas d’Aquin, Philosophe du 13ème siècle, à propos d’une discussion morale sur le double effet:

« Rien n’empêche qu’un même acte ait deux effets, dont l’un seulement est voulu, tandis que l’autre ne l’est pas. Or les actes moraux reçoivent leur spécification de l’objet que l’on a en vue, mais non de ce qui reste en dehors de l’intention, et demeure, comme nous l’avons dit, accidentel à l’acte. Ainsi l’action de se défendre peut entraîner un double effet : l’un est la conservation de sa propre vie, l’autre la mort de l’agresseur. Une telle action sera donc licite si l’on ne vise qu’à protéger sa vie, puisqu’il est naturel à un être de se maintenir dans l’existence autant qu’il le peut. Cependant un acte accompli dans une bonne intention peut devenir mauvais quand il n’est pas proportionné à sa fin. Si donc, pour se défendre, on exerce une violence plus grande qu’il ne faut, ce sera illicite. Mais si l’on repousse la violence de façon mesurée, la défense sera licite. »

Basilique Saint-Maximin dans le département du Var. Saint Thomas d’Aquin foudroyant l’hérésie. Taleau de Michel Serre (190×140 cm)

C’est à quelque chose prêt comme cela que sont jugé les cas de légitime défense dans les définitions légales modernes.