Gestion du stress : comment devenir plus productif ?

Chaque personne connaît différents niveaux de stress au quotidien. On peut être confronté au stress sur les lieux du travail à cause de problèmes qui surviennent lors de la gestion et du développement de l’entreprise. Des situations personnelles peuvent également être accablantes parfois.

Le stress est l’une de ces choses qui, si elles ne sont pas traitées, ont tendance à générer des problèmes supplémentaires. Il peut affecter le sommeil et diminuer les performances du cerveau si l’on ne trouve pas un moyen de le gérer. L’état de santé peut s’aggraver en absence de prise en charge.

Se limiter à observer les effets négatifs du stress est trop trivial et simpliste. En fait, la relation qu’entretient notre corps avec le stress est beaucoup plus complexe. Il ne s’agit pas seulement de savoir comment le surmonter ; il s’agit aussi de savoir comment comprendre et gérer le stress. Le but est d’apprivoiser ses émotions pour devenir plus productif.

Quelles sont les causes du stress ?

La fonction première du stress serait de permettre la survie. En gros, le stress est une réaction utile aux défis ou aux menaces. Il rend le corps mentalement et physiquement prêt à faire face aux problèmes. Il affecte chimiquement le cerveau, augmentant le niveau d’attention, intensifiant l’activité cognitive et augmentant les capacités sensorielles. Dans d’autres circonstances, où il n’a pas de but pratique ou persiste plus longtemps que nécessaire, il peut être nocif et produire des effets négatifs.

Les facteurs de stress, appelés « stresseurs », peuvent avoir une origine interne ou externe. Mais tous les types de stress ne sont pas les mêmes. Nous devons faire la distinction entre le stress aigu et le stress chronique.

Le stress aigu nous donne des « super-pouvoirs »

Ce type de stress est bien connu puisque chaque personne a dû y faire face à un moment de sa vie. Il rend éveillé et réactif au moment des défis ou lors des émotions fortes de la journée. Il agit en présence d’une menace réelle avec des conséquences réelles (par exemple, une échéance importante). Si vous êtes un procrastinateur en série, par exemple, il y a de fortes chances que vous ne donniez le meilleur de vous-même qu’en présence d’un niveau de stress aigu important. La plupart du temps, ces situations sont proches d’une échéance. Dans cette perspective, les délais et les échéances ne seraient qu’un facteur de stress positif, utile pour accroître la productivité.

Cependant, le stress aigu épisodique ou fréquent, très fréquent pour ceux qui mènent une vie chaotique, peut surexciter l’esprit. Cet état est déroutant, contre-productif et peut entraîner une dépression nerveuse.

Le stress chronique a un impact négatif sur notre qualité de vie

C’est ce qu’on appelle généralement le « mauvais stress » ; il nous épuise avec le temps. Il est souvent le résultat de conditions environnementales persistantes : un emploi détesté, une relation malsaine ou des difficultés économiques. Le stress chronique peut affecter la qualité du sommeil et ainsi accélérer le processus de vieillissement. On ne peut pas toujours éviter les sources de stress chronique dans la vie. Mais, au moins dans certaines limites, on peut contrôler et gérer le stress pour qu’il ne nuise pas à la santé.

Le stress n’est pas nécessairement négatif

Certaines personnes sont productives sous stress et doivent rester sous pression pour être plus opérationnelles. D’autres, en revanche, planifient méticuleusement tout pour éviter de devoir faire face au stress, du moins tant qu’elles le peuvent. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise approche. Il est juste important d’être conscient de la façon dont on réagit au stress, en accordant le bon poids aux tâches auxquelles on est confronté.

Il est important d’apprendre la bonne quantité de stress pour son corps. Celle qui est nécessaire pour augmenter la productivité. Après tout, en l’absence totale de stress, certaines tâches seraient difficiles à aborder avec l’attention nécessaire. Il va sans dire, cependant, que la détresse, ou le stress excessif, peut être une source d’agitation. Elle n’apporte que frustration, anxiété, dépression, mauvaises performances et autres conséquences négatives.

Pour effectuer un travail qui demande de l’endurance (tâches routinières et ennuyeuses, ou longues à accomplir), vous pourriez bénéficier de niveaux plus élevés de stress aigu. Alors que le mieux, c’est de se concentrer sur de nouvelles tâches sans pression excessive.

Comment gérer le stress : 6 stratégies à essayer

Apprendre à gérer le stress est indispensable pour lâcher prise. Avec quelques pratiques saines et en suivant le conseil des professionnels, vous pouvez l’utiliser à votre avantage. Cela vous permettra de réduire la pression quotidienne.

1 — Privilégier ce qui est important et non ce qui est urgent

Entre le travail et la famille, on a souvent une infinité de choses à faire. Avec tout ce qui se passe, il est difficile de savoir par où commencer ; chaque tâche semble avoir la même importance que les autres. Pour gérer le stress, il est essentiel d’avoir un critère fiable pour répartir la charge de travail en fonction des priorités. Il peut être facile de hiérarchiser les tâches en fonction de leur simplicité, ou de leur brièveté.

Mais une méthode populaire consiste à évaluer chaque tâche sur la base de 2 critères. Il fait partie de ce que l’on appelle le principe d’Eisenhower ou « matrice importance – urgence » :

Vous pouvez dessiner cette matrice sur un morceau de papier la prochaine fois que vous vous sentirez submergé par les tâches. Il est susceptible de vous aider à gérer le stress bien mieux qu’une liste de choses à faire traditionnelle. Cet outil permet de révéler l’importance d’une tâche, c’est-à-dire à quel point elle peut vous rapprocher de vos objectifs.

Sélectionnez ce qui est urgent et important pour que vous puissiez vous en occuper immédiatement en fonction de sa pertinence et de son caractère urgent. Ensuite, vous devez identifier ce qui est important et non urgent. Ce sont des tâches qui peuvent devenir urgentes si elles sont laissées de côté trop longtemps. Il est donc préférable de les commencer au moins, avant que ce moment n’arrive.

Il faut alors réfléchir à ce qui n’est pas important, mais qui est urgent. En général, il s’agit de tâches telles que répondre à des courriels, assister à des réunions et payer des factures dans les délais. Ce ne sont pas les tâches les plus précieuses de votre liste de tâches à faire, mais celles qui sont soumises à un délai. Ainsi, lorsque vous vous sentez dépassé, ne vous laissez pas inquiéter par ces tâches ; en fin de compte, ce sont des choses qui, même si vous les négligez, ne vous empêcheront pas d’atteindre vos objectifs.

Il y a des tâches qui ne sont ni importantes ni urgentes. Ce sont pour la plupart des tâches que vous pouvez refuser pour le moment sans conséquence réelles. Et ils devraient être les premières choses à prendre en compte lorsque vous devez rayer un élément de la liste ou refuser d’assumer une tâche.

2 — Dites « non » plus souvent

Dire oui à de nouvelles opportunités peut vous aider à mener une vie riche et intéressante. Mais pour avoir une vie productive, on doit pouvoir dire non.

Vous êtes une « personne qui dit oui » et votre réponse habituelle aux demandes de faveurs ou à toute autre chose est « oui » ? Il est probable que vous vous trouvez régulièrement accablé par plus de choses que vous ne pouvez en supporter. Cette situation pourrait vous submerger à la longue.

Dire non peut être difficile, surtout si vous êtes le genre de personne qui ressent une obligation morale d’aider les autres. Mais vous ne pouvez pas prendre soin des autres, ou vous occuper au mieux de votre travail, si vous ne pensez pas à vous en premier lieu.

3 — Changez votre façon de vous entraîner

Le but de l’entraînement ne devrait pas être d’atteindre la forme physique la plus éblouissante. Au lieu de cela, vous devez vous concentrer sur votre moi intérieur et votre bien-être.

L’activité physique produit la libération d’endorphine, qui agit sur votre corps comme un neutralisant naturel de la douleur. Le sport soulage les tensions et améliore la qualité du sommeil, réduisant ainsi le niveau de stress. Même 5 minutes de cardio peuvent aider à obtenir cet effet. L’intégration de l’activité physique dans votre routine peut changer votre façon de réagir au stress.

De la même façon, vous pouvez entraîner votre esprit à la « méditation consciente ». Plusieurs études ont montré que la méditation peut aider à mieux contrôler nos réactions aux facteurs de stress internes ; par exemple, les pensées improductives qui provoquent l’anxiété.

4 — Tirez la prise de temps en temps

Une étude sur les médias sociaux et le stress a révélé que ceux qui contrôlent leur profil social en permanence sont plus stressés que ceux qui ne le contrôlent pas aussi souvent. Le niveau de stress le plus élevé a été spécifiquement détecté par ceux qui surveillent constamment le courrier électronique.

La technologie présente des avantages considérables et elle est devenue indispensable au quotidien. D’ailleurs, elle nous permet de rester constamment connectés au monde et à notre travail. Toutefois, de temps en temps, surtout quand vous êtes débordé, essayez de vous tenir à l’écart des activités sociales pendant un certain temps.

5 — Automatisé et délégué quand c’est possible

Départir des choses sans tout gérer ne signifie pas une perte de pouvoir. Au contraire, reprendre le contrôle de votre temps et regagner de l’attention signifie que vous vous donnez les moyens de vous investir dans ce qui compte vraiment.

Passer 5 minutes ou une heure à automatiser ou déléguer une partie de votre travail actuel peut signifier une réduction permanente de votre charge de stress.

Vous pouvez investir dans un assistant virtuel pour diminuer votre travail. Il pourra s’occuper de la gestion de votre emploi du temps et vous évitera le stress chronique. C’est un petit investissement avec d’énormes bénéfices à long terme.

6 — Commencez quelque chose de significatif pour vous personnellement

En français c’est « raison d’être », en japonais « ikigai », en anglais « purpose ». Il s’agit de votre objectif personnel, un concept qui existe dans de nombreuses cultures et langues. Quelle que soit notre définition, il s’agit de l’idée d’avoir quelque chose de significatif auquel aspirer.

Mettre tous les œufs dans le même panier peut être dangereux pour votre bien-être, qu’il s’agisse d’un emploi, d’une relation, etc. Si quelque chose ne va pas, il est difficile de séparer ce domaine du reste de votre vie.

Il peut sembler contradictoire de créer plus de travail pour que vous puissiez avoir une vie plus détendue. Mais le stress ne dépend pas de la quantité de travail que vous avez, il dépend de votre capacité à y réagir.

Qu’il s’agisse de peindre, d’écrire, de bloguer, de prendre des leçons sur quelque chose, de commencer une deuxième activité ou de participer à des réunions, avoir quelque chose qui est toujours sous notre contrôle — surtout quand le reste est hors de contrôle — peut être un exutoire pour gérer le stress. Le travail créatif en particulier peut vous aider à vous libérer du stress accumulé par le reste du travail, rendant une dépression nerveuse plus improbable.

Comprendre le rôle du stress

Le stress est parfois un fardeau qui nous semble hors de notre contrôle. Le revers de la médaille est qu’il a le potentiel de devenir une source d’énergie productive.

Affiner notre relation avec le stress et en être conscient lorsque nous sommes surchargés, ou lorsque nous ne ressentons pas le bon degré de pression peut être l’une des meilleures astuces pour améliorer notre productivité.

Oui, car le stress n’est pas négatif en soi. C’est aussi grâce à elle que nous sommes capables de survivre, après tout. Alors, apprenez à gérer le stress et à changer votre façon de penser, pour vivre mieux et plus paisiblement.