Comment bien gérer le perfectionnisme pathologique ?

Le perfectionnisme pathologique est un aspect de la personnalité, qui entraîne des effets négatifs importants. La personne se sent obsédée par l’exigence d’une perfection absolue de sa part et de celle des autres. De plus, une personne souffrant d’un perfectionnisme pathologique doit tout faire, exceptionnellement bien, pour ne pas perdre son estime de soi. Les conséquences du perfectionnisme pathologique peuvent être très importantes.

Qu’est-ce que le perfectionnisme pathologique ?

Perfectionnisme, est une qualité très appréciée dans la société. Mais malheureusement, ce n’est pas toujours un trait de personnalité fonctionnel. En fait, lorsqu’il dépasse certaines limites, le perfectionnisme peut s’avérer contre-productif et conduire à la frustration et au stress. Effectivement, lorsque quelqu’un a des attentes trop élevées envers lui-même et envers les autres, il peut sérieusement compromettre son estime de soi. Et cela peut parfois être si grave et peut même conduire à la dépression. Les recherches montrent que les perfectionnistes peuvent facilement se démoraliser. Lorsqu’on parle de perfectionnisme, on fait référence à une forme d’habitude qui consiste à exiger de soi-même et des autres des performances plus nombreuses et meilleures que la nécessité de la situation, ainsi qu’une évaluation très critique de son propre comportement et de celui des autres.

Quelles sont les caractéristiques d’une personne trop perfectionniste ?

Le perfectionnisme pathologique ne se limite pas à l’ordre illimité des objets extérieurs, mais l’attention est portée sur chaque détail minimum. En fait, ce sont des gens extrêmement cavaliers liés à une ponctualité poussée à l’extrême, où la pensée ne contemple pas la dimension du possible… et de l’imprévisible. Ainsi, l’existence de chacun devient très limitée et tous les efforts sont faits pour assurer une forme de pensée magique et irréelle, la certitude du succès. Une personne trop perfectionniste a tendance à se fixer des normes personnelles élevées et cherche sans cesse à se dépasser. Elle évalue son comportement de manière sévère et inflexible. Il y a bien sûr un profond sentiment d’inadéquation qui est compensé par la tentative suprême d’éviter l’erreur.

Quels sont les facteurs qui créent un perfectionnisme excessif ?

Le perfectionnisme prend racine dans l’enfance et souvent même dans la filiation des parents. En effet, le perfectionnisme se développerait sous l’influence de trois facteurs: familial, génétique et culturel. De nombreuses études tendent à démontrer que le perfectionnisme est héréditaire. Les humaines viennent au monde avec un tempérament et certaines personnes seraient plus faciles à atteindre que d’autres au perfectionnisme. Néanmoins, la personnalité humaine provient de l’expérience dans l’environnement. De nombreux perfectionnismes sont élevés ou élevée par des parents ayant des exigences spéciales. Ainsi, les enfants ne se sentent  jamais satisfaits, parce que ses comportements ne sont jamais assez corrects pour obtenir l’approbation de ses parents. Ils font donc un effort continu pour y parvenir et sont toujours frustrés. Le perfectionniste évite en tout point les situations qui pourraient entraîner une perte d’approbation à cause d’une erreur de sa part. Il essaie donc d’éviter de manière absolue les erreurs qui pourraient conduire à la critique.  Dans le cas d’une prédisposition à la personnalité obsessionnelle compulsive, il faut prendre en charge les expériences de vie et surtout les modèles de référence des parents avec des exigences excessives et des exigences de perfection. Il est bien connu que le souci excessif de faire des erreurs et la peur d’un jugement négatif sur les autres découlent d’expériences vécues dans l’enfance où l’amour manifesté par les parents est conditionné par les performances de l’enfant et où les récompenses ne sont jamais suffisantes.

Est-ce que certains types d’enfance augmentent la probabilité qu’une personne développe un perfectionnisme pathologique ?

Il est certainement probable que l’héritage génétique peut faire courir à une personne un risque plus important de développer un perfectionnisme pathologique. Cependant, jusqu’à présent, les recherches scientifiques suggèrent que l’environnement joue un rôle clé. Et pour revenir au concept exprimé ci-dessus, prenons l’exemple d’enfants élevés par des parents qui n’ont fait preuve d’affection et d’approbation que lorsqu’ils excellaient dans certaines activités. Dans ces cas, l’amour des parents était subordonné au niveau de performance de l’enfant. Ceci bien sûr dans divers domaines tels que : l’école, le sport, les performances musicales ou autres. En d’autres termes, l’enfant pourrait développer un perfectionnisme pathologique, dans une tentative, consciente ou inconsciente, d’obtenir ou de maintenir l’amour et l’attention des parents.

Les traumatismes psychologiques affectent de manière significative

En outre, si un enfant a subi un traumatisme psychologique important pendant son enfance, il peut éprouver un profond sentiment de « perte de contrôle ». En conséquence, il peut développer un perfectionnisme pathologique pour tenter de compenser cette expérience. En fait, la principale expérience du perfectionniste pathologique est la perception d’un profond sentiment d’inadéquation. Il semble ignorer ou minimiser tout succès et ne se fixe que sur l’échec et l’erreur. Il n’y a rien qui puisse le satisfaire et il doit toujours faire mieux et réaliser plus. Pour cela, il reste piégé dans le cercle vicieux épuisant et débilitant sans jamais atteindre sa « destination.

La recherche du succès peut aussi être entreprise de manière psychologiquement saine

Ainsi, la recherche du succès peut aussi être entreprise de manière psychologiquement saine. Seulement lorsqu’elle tombe dans un mode obsessionnel que l’on peut qualifier de « pathologique ». Parce qu’elle génère des conséquences très négatives. Dans ce cas, il devient alors raisonnable de le classer comme pathologique. En fin de compte, pour décider si le perfectionnisme est pathologique, Il faut faire appel à l’estime de soi. Pour cela, il faut toujours obtenir un grand succès. Plus cette dépendance est grande, plus le niveau de perfectionnisme de la personne se rapproche de la pathologie.