Comment se débarrasse t-on de la culpabilité ?

Comment la culpabilité se manifeste-t-elle ? Quelles sont les réflexions qui la sous-tendent ? À quoi sert-il ? Et, surtout, comment essayer de s’en débarrasser. Voici des conseils qui vous apprennent à travailler avec votre culpabilité inutile pour essayer d’avoir une vie plus heureuse.

Beaucoup d’entre vous ont été choisis comme victimes d’une conspiration

C’est une conspiration non préméditée visant à vous transformer en véritables machines à culpabilité. La machine fonctionne de la manière suivante : quelqu’un envoie un message destiné à vous rappeler que, en faisant ou en ne faisant pas, en disant ou en ne disant pas une certaine chose, vous avez été mauvais. Vous répondez à ce message en vous opposant. Vous êtes la machine à culpabilité, un étrange appareil qui marche, parle, respire et réagit avec un sentiment de culpabilité chaque fois qu’on lui donne le carburant approprié.

Si donc vous avez eu une immersion totale dans une culture comme la nôtre, qui produit de la culpabilité, en tant que machine vous êtes bien huilé. Comment se fait-il que vous n’ayez pas rejeté les messages de culpabilité et d’anxiété qui vous ont été adressés pendant toutes ces années ? En grande partie parce que si vous ne vous sentez pas coupable, c’est considéré comme « mal », et que ne pas s’inquiéter est « inhumain ». Tout cela a à voir avec le COEUR. Si quelqu’un ou quelque chose compte vraiment pour vous, vous le montrez en vous sentant coupable des terribles choses que vous avez faites, ou en montrant, visiblement, que vous vous souciez de l’avenir. C’est presque comme si vous deviez prouver votre névrose pour mériter le label de personne de cœur.

Le sentiment de culpabilité est la plus inutile de toutes les « zones » comportementales

De toute l’énergie émotionnelle gaspillée, c’est de loin la plus grande. Pourquoi ? Mais parce que, par définition, vous vous sentez paralysé dans le présent pour quelque chose qui a déjà eu lieu : ce qui a été, a été, et aucun sentiment de culpabilité ne peut changer cela.

Se sentir coupable ne signifie pas seulement s’inquiéter du passé. Cela signifie aussi être immobilisé dans le présent à cause d’un événement passé, et le degré d’immobilisation peut aller d’une légère irritation à une grave dépression. Il s’agit plutôt de ne pas se sentir coupable lorsque vous tirez les leçons de votre passé et promettez de ne pas retomber dans certains actes ou paroles. Vous ne vous sentez coupable que lorsque, en raison d’un certain comportement antérieur, vous êtes incapable d’agir dans le présent. Apprendre de ses erreurs est un aspect sain et nécessaire de la croissance. La culpabilité est malsaine car vous consommez inutilement de l’énergie dans le présent pour vous sentir offensés, irrités, déprimés par quelque chose qui s’est déjà produit. Malsaine et, de plus, futile : il n’y a pas de culpabilité qui puisse « défaire » le fait.

Les origines de la culpabilité

La culpabilité fait partie de la structure émotionnelle d’un individu principalement de deux façons. Dans le premier cas, la culpabilité est apprise très tôt et persiste chez l’adulte comme une réaction résiduelle de l’enfance. Dans le second, l’adulte s’impose la culpabilité pour une violation d’un code auquel il prétend croire.

Culpabilité résiduelle

Il s’agit de la réaction émotionnelle déclenchée par les souvenirs d’enfance. Les phrases qui la produisent sont une quantité. Ils ont été gravés sur l’enfant et celui-ci, devenu adulte, les porte encore à l’intérieur. Toutes ces phrases comprennent des avertissements tels que : « Si tu le refais, papa se mettra en colère ». « Tu devrais avoir honte » (ce qui signifie presque que cela lui ferait du bien). « Ah, d’accord ! Alors je ne suis que ta mère ! ».

Les implications contenues dans ces phrases peuvent encore blesser l’adulte qui déçoit le chef de bureau ou les personnes en qui il voit presque ses parents. La tentative de gagner leur soutien persiste, et la culpabilité persiste si les tentatives échouent.

La culpabilité résiduelle fait également surface dans la vie sexuelle et le mariage. Cela se traduit par de nombreuses auto-récriminations et des excuses sans fin pour les actions passées. Ces réactions de culpabilité résultent du fait d’avoir appris à se laisser manipuler par les adultes dans l’enfance, et peuvent encore être opératoires lorsque l’enfant est devenu adulte.

Culpabilité auto-imposée

Cette deuxième catégorie comprend des réactions de culpabilité beaucoup plus torturées que la première. L’individu est immobilisé par des choses qu’il a faites récemment, mais qui ne sont pas nécessairement liées à son enfance. C’est la culpabilité que l’on s’impose quand on viole une norme adulte ou un code moral. On peut la contracter pendant longtemps, bien que le tourment ne puisse pas changer ce qui s’est passé. Vous le ressentez lorsque vous mettez quelqu’un à la porte et que vous vous détestez de le faire, ou lorsque vous vous sentez émotionnellement épuisé d’avoir volé un magasin, de ne pas être allé à l’église, d’avoir prononcé une phrase malheureuse.

Vous pouvez donc considérer votre culpabilité comme une réaction à certaines normes qui vous ont été imposées, de sorte que vous essayez toujours de plaire à une personne absente ayant autorité sur vous ; ou comme le résultat de la tentative (ratée) de respecter certaines normes que vous vous êtes fixées, mais que vous n’avez pas vraiment faites vôtres, sauf en paroles.

Dans les deux cas, il s’agit d’un comportement idiot et, surtout, inutile. Même si vous pleurez éternellement sur votre malheur, même si vous vous sentez coupable jusqu’à la fin de vos jours, vous ne changerez pas ce qui a été, même dans la plus petite partie. C’est fini, fini !

Avec votre culpabilité, vous voudriez changer ce qui était, vous voudriez que cela n’ait pas été. Mais ce qui a été, a été, et vous ne pouvez pas le changer. Vous pouvez plutôt commencer à changer votre attitude envers ce qui vous donne un sentiment de culpabilité. Notre culture présente de nombreuses traces d’une mentalité puritaine qui envoie des messages comme « Si cela vous amuse, vous devriez vous sentir coupable ». La plupart des réactions qui découlent de la culpabilité que vous vous infligez à vous-mêmes peuvent être attribuées à ce type de mentalité. Peut-être avez-vous appris que vous n’avez pas à être indulgent avec vous-même, que vous n’avez pas à rire quand vous entendez une blague chaude, qu’un certain comportement sexuel ne devrait pas être le vôtre, etc. Si les messages répressifs sont omniprésents dans notre culture, il est également vrai que la culpabilité produite par quelque chose de drôle est auto-infligée.

Vous pourriez apprendre à goûter au plaisir sans vous sentir coupable, à vous considérer comme un individu capable de faire tout ce qui, dans son propre système de valeurs, ne fait pas de mal aux autres, et capable de le faire sans culpabilité. Si vous faites quelque chose, quelle qu’elle soit, et que vous ne l’aimez pas, ou que vous ne vous aimez pas après l’avoir fait, vous pouvez toujours promettre de ne plus le faire à l’avenir.

Mais subir une peine qui vous déclare coupable d’une culpabilité auto-infligée est l’un de ces voyages névrotiques que vous pouvez éviter. La culpabilité n’aide pas, elle n’aide pas. Non seulement elle vous maintient immobilisé, mais elle multiplie les chances de tomber dans un comportement indésirable. La culpabilité peut être une fin en soi, et elle peut aussi être une sorte de permission de refaire une chose donnée. Tant que vous restez attaché à l’avantage potentiel de vous absoudre de votre culpabilité, vous restez enchaîné à cette meule qui ne broie que de la misère.

Les avantages psychologiques de la culpabilité comme choix

Voilà quelques-unes des principales raisons pour lesquelles vous préférez gaspiller le présent et vous sentir coupable des choses faites, ou non faites, dans le passé.

  • Passez votre temps à vous sentir coupable de quelque chose qui s’est déjà produit et vous n’aurez pas à passer ce temps de manière plus utile et plus précieuse. Comme tant d’autres comportements autodestructeurs, la culpabilité est, en termes très simples, un moyen d’éviter de se corriger. Ce que vous êtes ou n’êtes pas maintenant serait donc responsable de ce que vous étiez ou n’étiez pas dans le passé.
  • Remonter dans le temps vous évite non seulement la peine de changer, mais aussi tous les risques de changement. S’accrocher au passé avec culpabilité est plus facile que de prendre le chemin risqué de la croissance dans le présent.
  • Vous avez tendance à croire que si vous vous sentez profondément coupable, vous finirez par être pardonné. Le pardon en tant que gain est analogue au principe (décrit ci-dessus) sur lequel reposent les établissements pénitentiaires, où le détenu paie ses méfaits pendant longtemps. Plus la transgression est grave, plus la période de remords nécessaire au pardon est longue. Le sentiment de culpabilité peut être un moyen de retrouver la sécurité et la protection dont vous avez bénéficié dans votre enfance, lorsque les autres décidaient pour vous et prenaient soin de vous. Au lieu de vous emmener dans le présent, vous vous appuyez sur les valeurs des autres qui appartiennent au passé. Et, une fois de plus, l’avantage est que vous vous dérobez au devoir de répondre de votre comportement.
  • Le sentiment de culpabilité est un moyen utile de transférer la responsabilité de votre comportement de vous-même aux autres. Il est facile pour vous de vous mettre en colère à cause de la manipulation que vous subissez, et de placer la racine de votre culpabilité en dehors de vous dans ces foutus « autres » qui sont si puissants qu’ils peuvent vous forcer à tenter n’importe quoi, y compris la culpabilité.
  • Si vous vous sentez coupable d’une action donnée, vous pouvez obtenir l’approbation des autres, même s’ils n’approuvent pas votre action. Vous avez peut-être fait quelque chose de mal, mais vous sentir coupable montre que vous savez ce que c’est dans le monde, et essayer de revenir dans les rangs.
  • Une bonne façon de se sentir désolé est de se sentir coupable. Peu importe que le désir de compassion soit une indication claire d’un manque de dignité. Dans ce cas, vous préférez faire en sorte que les autres aient pitié de vous pour vous respecter.

Certaines stratégies pour éliminer la culpabilité

  • Commencer à regarder le passé comme quelque chose d’immuable, malgré les humeurs douloureuses qu’il peut provoquer. C’est fini ! Il n’y a pas de culpabilité qui puisse la changer. Engagez cette phrase dans votre esprit : « Se sentir coupable ne changera pas le passé, ni ne me rendra meilleur. C’est une considération qui vous aidera à faire la distinction entre se sentir coupable et tirer des leçons utiles du passé.
  • Demandez-vous ce que vous évitez dans le présent avec la culpabilité autour du passé. En travaillant sur ce que vous évitez, vous éliminerez le besoin de vous sentir coupable. Un des clients de Wayne Dyer, qui avait une relation extraconjugale depuis un certain temps, offre un bon exemple à cet égard. Il a dit qu’il se sentait coupable, mais il a continué à se faufiler chaque semaine pour rencontrer l’autre femme. Wayne Dyer lui a fait remarquer que le sentiment de culpabilité dont il parlait tant était un état d’esprit tout à fait futile. D’une part, il n’améliorait pas la qualité de son mariage et, d’autre part, il l’empêchait de jouir de la relation en paix. Il lui restait deux choix. Il pouvait soit admettre qu’il avait pris le temps de se sentir coupable parce qu’il était plus facile que d’analyser son mariage en profondeur et de travailler à le restaurer, ainsi que le mariage et lui-même. Ou bien il pouvait apprendre à accepter son comportement : admettre que les relations extraconjugales qu’il justifiait, et prendre note que son système de valeurs incluait un comportement que beaucoup de gens condamnent. Quel que soit son choix, il éliminerait sa propre culpabilité, soit en changeant, soit en s’acceptant lui-même.
  • Commencez à accepter certaines choses sur vous-même que vous avez choisies mais que les autres n’aiment peut-être pas. Par conséquent, si vos parents, le chef de bureau, les voisins ou même la personne que vous avez épousée s’opposent à un certain comportement de votre part, vous pouvez le considérer comme un fait naturel. Rappelez-vous ce qui a été dit plus haut, concernant la recherche d’une approbation : vous devez vous approuver vous-même. L’approbation des autres est un plaisir, mais elle n’est pas indispensable. Une fois que vous n’avez plus besoin d’être approuvé, la culpabilité qui découle d’un comportement qui n’apporte pas d’approbation disparaîtra.
  • Tenez un journal de culpabilité et notez exactement quand, pourquoi et avec qui vous vous sentez dans cet état d’esprit, ainsi que ce que vous cherchez à éviter dans le présent en haletant sur le passé. Ce journal devrait fournir des informations très utiles sur les éléments spécifiques de votre culpabilité personnelle.
  • Réexaminez votre système de valeurs. Quelles sont les valeurs auxquelles vous croyez profondément ? Lesquelles acceptez-vous ? Dressez la liste de ces valeurs fictives et prenez la résolution de vous conformer à un code de valeurs morales déterminé par vous et non imposé par d’autres. Donnez à chacun une note de 1 à 10, en fonction de votre culpabilité. Faites la somme, et voyez si le fait de donner 100 ou un million change quelque chose au présent. Le présent reste le même, et votre culpabilité est une dissipation.
  • Evaluez les conséquences réelles de votre comportement. Au lieu de rechercher des sentiments « mystiques » en déterminant les « oui » et les « non » de votre vie, déterminez si les résultats de vos actions sont agréables et productifs pour vous.
  • Apprenez aux personnes qui tentent de vous manipuler avec culpabilité que vous êtes parfaitement capable de faire face à leur déception ou à leur désappointement. Donc si votre mère commence à vous faire sentir coupable avec des phrases comme « Tu ne l’as pas fait » ou « Reste assis, je vais chercher les chaises », apprenez à répondre « Très bien, maman ». Si vous voulez risquer de vous casser le dos pour quelques chaises, juste parce que vous ne pouvez pas attendre une minute, je suppose que je ne peux pas faire grand-chose pour vous en dissuader ». Cela prendra un certain temps, mais les autres changeront quand ils verront qu’ils ne peuvent pas vous forcer à assumer la responsabilité. Une fois que la « mèche » de la culpabilité aura été retirée, la domination émotionnelle qui s’exerçait sur vous et la possibilité de vous manipuler seront également éliminées à jamais. Lorsque vous prenez une chambre d’hôtel et que vous vous voyez attribuer un groom pour vous accompagner dans une chambre que vous êtes parfaitement capable de trouver vous-même, en portant la mallette qui constitue tous vos bagages, dites que vous pouvez le faire vous-même. Si l’autre insiste, dites à votre compagnon indésirable qu’il perd du temps et des efforts, puisqu’il ne donne pas de pourboire pour des services dont vous ne voulez pas. Ou, si c’est quelque chose dont vous avez toujours rêvé, prenez une semaine de congé tout seul, malgré les protestations de culpabilité peu généreuses qui soulageront les autres membres de votre famille. Ce sont des systèmes qui vous aideront à saisir la culpabilité omniprésente que tant de secteurs de votre environnement sont experts à vous faire choisir.