Découvrez le mouton noir qui cache la forêt

mouton noir qui cache la forêt

Suite au précédent défi interblogueurs lancé par Cédric Vimeux de Virtuose Marketing, je vous avais proposé une morale pour cette histoire inspirante : le chapeau à deux couleurs. Cédric remet le couvert en nous proposant cette fois ci de trouver une morale pour cette histoire. Le genre d’histoire que l’on retrouve dans la philo par les blagues et qui a le don pour lancer une réflexion sur soi et sur les autres.

Voici déjà l’histoire et je vous dirais ensuite ce qu’elle évoque en moi.

Les moutons noirs

Un ingénieur, un physicien expérimental, un physicien théoricien et un philosophe se promènent dans les montagnes d’Écosse.

Quand ils atteignirent un sommet, ils aperçurent un mouton noir sur une crête avoisinante.

– On voit que les moutons écossais sont noirs, déclara d’ingénieur.

– Il serait préférable de dire que certains moutons écossais sont noirs, dit le physicien expérimental.

Le physicien théoricien réfléchit un instant et dit

– Il serait plus correct de dire qu’au moins un des moutons écossais est noir.

D’un côté, du moins, corrigea le philosophe.

(Histoire tirée du livre La Métaphore : voie royale de la communication, de Gérard Szymanski.)

Alors, que vous inspire cette histoire ? Moi, j’y vois une métaphore de la capacité humaine à faire des généralités sur tout.

Regardons par exemple dans l’actualité, cette récente histoire de film parodique sur Mahomet et des émeutes qu’il a suscité dans certains milieux musulmans. Aux yeux du monde entier, il se crée un amalgame entre ces quelques terroristes qui profitent de la moindre « raison » pour terroriser et de l’autre 99% de musulman certes choqués par cette vidéo mais qui se dise que ce n’est pas dans le sang qu’on lave un affront. Malheureusement que retient-on ? La violence d’extrémistes. Une de mes voisines se dit même ennuyé, vu ses origines, par le regard apeuré ou assassin de certains « bons » penseurs de chez nous.

D’un autre côté, ces radicalistes qui ont mis le feu, ont aussi fait un amalgame terrible entre un individu, auteur d’un film provocateur, et de tout un peuple qui ne demande qu’à vivre en paix. Ce ne sont pas les américains mais un américain seulement qui les a provoqué.

Pour rester dans l’exemple de l’islam, on a tendance à penser en France, qu’une femme voilée est une femme soumise et abusée par un homme. C’est le plus souvent que la partie visible (comme le mouton noir de l’histoire). Bien souvent, ce sont les femmes qui portent la culotte, même au Japon où les femmes semblent si soumise. Les femmes battues existent mais les hommes « esclaves » existent aussi.

Il ne faut donc jamais généralisé à partir d’un cas particulier. Il ne faut pas non plus confondre ce qui est visible avec une rélalité effective plus profonde.

Voici un petit exercice pour réfléchir à tout ça :

On dit que tout les politiciens sont des menteurs, est ce vrai ?

Voici l’exception qui confirme la règle. Il n’existe pas de politicien qui soit 100% honnête avec lui même ou les électeurs. C’est la dure loi de la politique.

On dit que toutes les femmes sont des casse pieds, qu’en pensez vous ?

Que c’est vrai, mais c’est la faute aux hommes qui sont tous bêtes. Ce qui est dû aux femmes qui sont toutes casse pied. et ainsi de suite.

Fermons cette parenthèse humoristique et rappelez vous surtout de ne pas généraliser.

  • Tout les jeunes ne sont pas des casseurs
  • Toutes les personnes qui n’attachent pas leurs enfants en voiture sont des mauvais parents
  • Tout les gros ne sont pas fautifs de leur surpoids
  • Tout ce que fait la science n’est pas bon
  • Tout ce que fait la science n’est pas mauvais non plus

Si vous avez d’autres exemples n’hésitez pas à les partager avec nous.

Quoi qu’il en soit, ne pas faire de généralité basé sur un seul fait vue de façon tronquée (une seule face du problème ou du mouton), est la base même de l’autodéfense intellectuelle.