La vie est elle une partie de Poker ?

une partie de Poker ?

Avant de vous en dire plus, je vous laisse vous remémorer cette pub culte :

En effet comme le dit si bien Patrick, pour gagner la partie, ce qui compte ce ne sont pas tant les cartes, que ce que vous en faites.

Fabien de arts-martiaux-et-developpement-personnel.com me demandait récemment dans un commentaire :

[…] J’avoue ne pas être entièrement d’accord avec cette idée de « ce que tu prends, un autre le perd ». Et toi, qu’en penses-tu ?[..]

Pour y répondre, je me proposes de reprendre la métaphore du jeu de carte de l’article la métaphore du jeu de carte du blog améliorer son esprit.

Si on imagine le monde comme un jeu de carte, on se rend compte qu’on est limité au niveau des ressources au nombre de cartes et à leur valeur.

Imaginons maintenant que la vie soit une partie de poker. On distribue les cartes et chaque personne se retrouve avec un certains nombres de bonnes ou de mauvaises cartes. Si vous vous retrouvez avec les 4 as en main, vous êtes sur de deux choses :

  • vous avez une bonne main
  • Il n’y a plus d’autre as en jeu

Pour gagner votre adversaire n’a que deux possibilités avoir une suite de même couleur (par couleur on parle de pique, carreau, trèfle ou coeur) ou vous faire croire qu’il a cette fameuse suite.

En gros on se rend compte déjà que les ressources (terre, argent, vivre) sont limité et que celui qui les prends empêche les autres d’en profiter.

  • Si j’ai les 4 as personnes d’autres ne les a
  • Si j’ai le monopole des systèmes d’exploitation des ordinateurs de bureau, personne d’autre ne l’a
  • Si je possède le brevet de tel médicament, personne d’autre n’a le droit de le fabriquer, etc

En gros si je tire la couverture vers moi, je découvre mon partenaire. C’est ce qui se passe dans notre monde où 80% des richesses est détenu par 20% de la population (et pas forcément la partie la plus méritante).

Par contre le fait de ne pas avoir les bonnes cartes, n’empêchent pas de continuer la partie et pourquoi pas de la gagner avec un bon coup de chance, un bon coup de bluff ou une bonne triche (ah! tiens un cinquième as).

Tout cela peut expliquer l’engouement pour le poker mais je vous rappelle mon point de vue sur la question des jeux d’argent. Les jeux d’argent sont dangereux de par leur risque d’addiction. Alors jouer au poker entre amis, pourquoi pas, mais en remplaçant l’argent par des lentilles ou, pour que l’enjeu en vaille la peine, par des vêtements ou des gages. En restant correct et respectueux des adversaires.