Remords et dialogue intérieur : 10 conseils pour ne plus ruminer

Le dialogue interne et la mémoire mentale sont deux caractéristiques complètement différentes de la pensée. Le dialogue interne vous aide à formuler des pensées et à organiser votre vie et vos comportements pour faire face aux situations qui se présentent. Tandis que le remugging mental produit des pensées et des émotions négatives qui entravent votre bien-être et peuvent même conduire à l’anxiété et à la dépression.

Le dialogue intérieur, s’il est orienté dans la bonne direction, est une grande ressource pour vous permettre de réussir dans la vie et au travail. Vous pouvez le vivre comme une conscience de soi pour faire ressortir le meilleur de vous-même. Organisez votre vie, planifiez votre avenir, élaborez des stratégies pour réussir.

En revanche, le remords mental est une façon négative de se parler à soi-même. Comme une sorte de soliloque dans lequel vous attirez à vous toutes les choses les plus négatives et nourrissez des émotions catastrophiques et de la colère. 

Caractéristiques du dialogue intérieur

Par opposition au Souvenir, le Dialogue Intérieur est une ressource de pensée. Il sert à planifier des objectifs et à étudier des plans d’action pour les atteindre. Vous le vivez tous plus ou moins fréquemment et le ressentez généralement comme votre voix intérieure. Apparemment, il peut aussi prendre des tons différents selon les états émotionnels. Cet aspect du dialogue intérieur a été étudié par Russell Hurlbert et ses collègues, chercheurs au département de psychologie de l’université du Nevada, à Las Vegas.

En fait, il semble être un don de l’esprit qui, s’il est correctement développé, peut conduire à des niveaux très bénéfiques de développement et de croissance personnels et intellectuels. Il est certain que s’il est mal utilisé, il peut conduire à la régurgitation mentale et causer de grandes souffrances. C’est parce qu’il est essentiel de donner à la pensée la bonne direction. L’orienter vers le Dialogue Intérieur plutôt que vers la Remugging.

Développement du dialogue intérieur

Le Dialogue Intérieur se développe depuis l’enfance avec l’intériorisation du langage. En fait, cette étape doit être considérée comme très importante dans le développement de chaque personne.

Le dialogue intérieur est souvent une façon de parler en silence avec soi-même.

Certes, de toutes les pensées qui vous viennent à l’esprit, seules quelques-unes se limitent à ce murmure silencieux. En fait, dans l’activité cognitive, différentes zones du cerveau ont été identifiées pour le traitement de la pensée. Parmi eux, le cortex préfrontal qui est impliqué dans l’attention, l’autorégulation, la planification et la prévision du résultat des actions.

La pensée a une base organique

La pensée est certainement un acte de l’esprit. Des images, des souvenirs, des sentiments, des angoisses sur l’avenir. Mais les neurosciences ont montré que la pensée a aussi une base organique.

Effectivement, il y a environ 100 milliards de neurones dans le cerveau, ce qui est une quantité stupéfiante. Chaque neurone forme alors jusqu’à dix mille connexions synaptiques avec les neurones voisins, s’organisant en réseaux neuronaux. Dans les réseaux neuronaux, l’information voyage à une vitesse de 100 mètres par seconde, soit environ 400 kilomètres ensuite. Donc, si parfois vous ne pouvez pas vous connecter à vos pensées, c’est une des raisons.

La mémoire est une tentative d’anticipation de l’avenir

La mémoire et la rumination sont deux activités de l’esprit dans lesquelles vous êtes facilement piégés. Vous couvaillez souvent parce que nous sommes convaincus que cela est utile pour ne pas être pris au dépourvu. En fait, la couvaison peut concerner de nombreux domaines de la vie : le travail, l’école, les relations.

En bref, vous essayez ainsi de trouver des solutions en répétant une série d’opérations mentales. Malheureusement, les gens sont souvent paralysés par ce mécanisme, sans en tirer aucun bénéfice.

Les émotions de la colère et du ressentiment

Il arrive souvent que la mougination de la pensée soit aussi étroitement liée aux émotions de la colère et du ressentiment. A tel point que, lorsque vous ruminez, vous ne faites que répéter dans votre esprit les événements négatifs de votre vie. Parce que, si souvent dans le passé, des sentiments de colère et de ressentiment vous ont apporté des sentiments de colère et de ressentiment que vous n’avez pas pu exprimer.

Certainement en réfléchissant, les pensées pourraient suivre ce cours. Et la plupart du temps, vous ne faites qu’alimenter un mécanisme de pensée dysfonctionnel. Cette façon de se parler à soi-même, pour la plupart, véhicule une certaine anxiété généralisée. Parce que la couvaison est une façon pour le cerveau de se préparer à des éventualités menaçantes.

Occasionnellement, vous pouvez tous être pris dans ce mécanisme mental. Mais elle devient dangereuse et dysfonctionnelle lorsqu’elle est excessive et incontrôlable. La mougination conduit souvent à se fixer sur les éventuels résultats négatifs de l’avenir.

Ainsi, par exemple, les personnes souffrant de troubles anxieux ont souvent la terreur de perdre des proches, leur travail ou leur stabilité économique. La personne qui souffre de dépression renforce continuellement ses sentiments d’impuissance et d’inadéquation par une rumination dépressive.

En cas d’anxiété, les pensées sont liées à des prédictions négatives d’éventuels malheurs futurs. Alors que les symptômes de la dépression sont liés à la mémoire et à l’interprétation négative des événements passés. Si vous ne pensez pas aux solutions, vous finissez par vous sentir impuissant

Malgré tout, si vous voulez gagner la Rumination, essayez de diriger votre Dialogue Intérieur pour vous donner du pouvoir. Rendre votre réflexion productive, en la prédisposant à la résolution de problèmes.

Dans les cours d’estime de soi, vous pouvez travailler sur l’acquisition de stratégies visant à corriger la réflexion de la pensée. En général, le transformer en un Dialogue Intérieur fonctionnel à la gestion des émotions et à la résolution des problèmes. Lorsque vous améliorez votre estime de soi, vous devenez également les protagonistes de votre vie. Vous encouragez l’ouverture et la sérénité envers vous-mêmes, les autres et l’avenir. Vous adoptez une approche positive de la vie et de ses événements quotidiens.

De nombreux malaises psychologiques tels que des troubles de l’humeur, de l’anxiété et des troubles de l’angoisse, une faible estime de soi en découlent.

10 conseils pour ne plus ruminer

Si votre esprit est prisonnier de l’anxiété et que la mémoire ne vous donne aucun répit, essayez de suivre ces 10 conseils.

1 – Déterminer quand s’inquiéter

Déterminer quand s’inquiéter de quelque chose et quand ne pas le faire. Le souvenir est une forme d’inquiétude inutile, car il concerne des situations qui ne dépendent pas ou pas complètement de vous. Vous avez déjà fait de votre mieux et c’est bien suffisant.

2 – Apprenez à identifier les pensées négatives

Apprenez à identifier les pensées négatives qui caractérisent le Souvenir. Distinguez-les des pensées plus productives du moment présent.

3 – Le grognement n’est pas automatique

Ne considérez pas le grognement comme un état automatique et inévitable. En fait, seul le début de la couvaison est automatique, et non la poursuite des pensées.

4 – Reconnaître ses émotions

Apprenez à reconnaître vos émotions. Demandez-vous : « Qu’est-ce que cette humeur me dit exactement ? Quel problème me dit-il ? ». Avant tout, reconnaissez votre besoin sous-jacent.

5 – Repérez les raisons

Posez la couvaison et essayez de trouver les raisons pour lesquelles il semble opportun de le faire.

6 – Ne vous forcez pas à chasser l’inquiétude

Arrêter de s’inquiéter n’est pas chasser l’inquiétude. Essayez plutôt de comprendre si vous essayez simplement de rester dans votre malaise. Ou si vous l’utilisez plutôt pour trouver une solution à un problème. Concentrez-vous sur la manière de résoudre la situation.

7 – Réfléchissez à la possibilité de faire quelque chose d’utile dans cette situation

Continuez à réfléchir à la possibilité de faire quelque chose d’utile dans cette situation. Rédigez une liste d’actions possibles que vous pouvez entreprendre. Ou même les alternatives dont vous pouvez disposer, en tenant compte de vos besoins et de vos objectifs. Une fois que vous avez fait cela, choisissez-en un et voyez comment cela se passe. Ce n’est qu’ensuite que vous ferez vos évaluations sur la façon dont cela s’est passé.

8 – Ne cherchez pas la solution parfaite

N’oubliez pas que chaque solution est partielle.

9 – N’exaspérez pas la pensée

Ne vous concentrez pas avant d’avoir trouvé la solution. Essayez plutôt de vous éloigner du problème si la solution n’arrive pas dans un délai raisonnable.

10 – Aide à l’entraînement autogène

Aide à l’entraînement autogène. C’est un excellent allié pour arrêter de broyer du noir et mettre en œuvre les suggestions ci-dessus.